Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Haïti : Une intervention des Etats-Unis sous prétexte de l'assassinat de Jovenel Moïse ?

11 Juillet 2021, 17:35pm

Publié par Bolivar Infos

Depuis Haïti, le journaliste argentin Lautaro Rivara a donné sur twitter les informations suivantes à propos de la demande d'intervention des Etats-Unis dans le pays.

 

Alerte maximale à toute la communauté internationale et aux organismes de défense des droits de l'Homme. Une intervention qui violerait les principes les plus élémentaires du droit international : la souveraineté des nations et l'autodétermination des peuples est en train de se tramer. Cette intervention aurait pour but de « protéger le port, l'aéroport, les réserves d'essence et d'autres infrastructures importantes. » Mais Jalina Porter, la porte-parole adjointe du Département d'Etat n'a pas confirmé cette demande.

 

L'occupation militaire nord-américaine aurait aussi pour but de protéger le pays des « terroristes urbains » qui ont assassiné Moïse, des terroristes précisément d'origine étasunienne et colombienne !

 

La machination derrière le complot d'assassinat est la stratégie du chaos qui justifie une occupation internationale. Selon The New York Times et Reuters, le ministre Mathias Pierre aurait sollicité l'envoi de troupes nord-américaines.

 

L'image du chaos et de la violence généralisée que cherchent à instaurer les grandes agences corporatives et impérialistes de presse est fausse. La presque totalité de la population reste chez elle, dans l'attente et respecte l'état de siège.

 

Voilà ce que dit notre collègue Rivara.

 

D'autre part, notre rédaction a reconstruit un cadre de situation à partir d'informations reçues de différentes sources.

 

(…)

 

Les 2 Etasuniens arrêtés ont dit à un juge haïtien qu'ils n'étaient pas sur place quand Moïse a été assassiné et qu'ils n'avaient travaillé que comme interprètes pour l'escadron d'attaque ? L'un d'eux a dit qu'il avait répondu à une annonce sur internet pour trouver ce travail.

 

Les autorités haïtiennes ont cité à comparaître la semaine prochaine 4 membres de la sécurité de Jovenel Moïse tandis que les procureures cherchent à comprendre comment les assassins armés ont réussi à passer à travers les mesures de sécurité qui étaient mises en place à la résidence personnelle de Moïse sans rencontrer al moindre résistance.

 

De nombreux observateurs, depuis Haïti, se demandent si cet assassinat n'a pas été planifié par le propre appareil de sécurité haïtien. Le Département d'Etat des Etats-Unis a dit récemment qu'il n'existait pas de rapports faisant état de gardes blessés par les attaquants ou d'un affrontement.

 

« Le groupe qui a financé les mercenaires veut créer le chaos dans le pays, » a dit Mathias Pierre, le ministre en charge des élections dans le pays et il a ajouté que le Gouvernement haïtien avait demandé des troupes étasuniennes pour aider à protéger l'aéroport du pays, les ports et les réserves de combustible, entre autres points stratégiques.

 

« Attaquer les réserves d'essence et l'aéroport pourrait faire partie du plan, » a dit Pierre.

 

L'ambassadeur d'Haïti aux Etats-Unis a aussi demandé l'aide du FBI pour l'enquête sur l'assassinat. 

 

A Washington, un haut fonctionnaire du Gouvernement de Joe Biden a dit que le FBI et les fonctionnaires du Département de la Sécurité Nationale iraient à Port-au-Prince « dès que possible » pour voir comment aider et il a ajouté : « Il n'y a pas de plan pour apporter une assistance militaire étasunienne en ce moment. »

 

Haïti se dirige vers une bataille interne pour le pouvoir : vendredi, les partis politiques ont défié directement le premier ministre en fonction en déclarant qu'ils souhaitaient former un Gouvernement dirigé par le président du Sénat (l'un des 10 parlementaires dont le mandat est encore valide) pour le remplacer . Un groupe d'activistes civils a envisagé de faire uen grande réunion samedi pour obtenir un consensus sur l'avenir du pays.

 

Le sénateur Patrice Dumont a accusé le premier ministre par intérim Claude Joseph, de vouloir faire un coup d'Etat : « Ce n'est pas un premier ministre normal, il s'est imposé lui-même, nous ne pouvons pas accepter ça. »

 

La confusion qui règne actuellement en Haïti n'a fait qu'aiguiser les tensions internes qui se sont accumulées ces derniers mois. L'activité des bandes criminelles a augmenté : il y a des enlèvements et des attaques armées dans les quartiers pauvres de la capitale, ce qui a poussé des milliers de Haïtiens à fuir leur foyer. Le mois dernier, la crime org aisé a bloqué la principale artère de la capitale vers le sud du pays et empêché l'accès aux réserves pétrolières et au reste du pays, a fair remarquer Pierre.

 

En l'absence d’informations claires sur le responsable, certains Haïtiens ont voulu faire justice eux-mêmes : ils ont brûle des voitures dont ils pensaient qu'elles avaient été utilisées pour l'attaque et ont arrêté des personnes qu'ils pensaient suspectes.

 

Après plusieurs affrontements avec la police, au moins 3 hommes sont morts. 2 des corps, touchés par balles, ont été retrouvés sur la route qui conduit au quartier où se trouve la résidence privée de Jovenel Moïse et le troisième a été retrouvé sur le toit d'une maison privée dans la zone de Pétionville, une banlieue de la capitale.

 

(…)

 

Clément Noël, un juge qui participe à l'enquête, a dit qu'il avait interrogé peu après leur arrestation les 2 Étasuniens, identifiés comme James J. Solages, un citoyen étasunien résident dans le sud de la Floride qui avait travaillé précédemment comme garde de sécurité à l'ambassade du Canada en Haïti et Joseph Vincent, 55 ans. 

 

Le Gouvernement des Etats-Unis a été en communication avec Solages, selon 2 personnes qui ont été en contact avec le Département d'Etat et ont parlé à condition que leur identité ne soit pas révélée.

 

Le juge Noël a dit au téléphone que les 2 Étasuniens ont affirmé que le complot avait été organisé intensément pendant 1 mois. Il a ajouté que les Étasuniens avaient rencontré d'autres membres de l'escadron dans un hôtel de luxe à Pétionville para préparer l'attaque. Il a affirmé qu'ils lui avaient dit que l'objectif n'était pas de tuer le président mais de l'amener au Palais Présidentiel.

 

Et il a affirmé que Solanges lui a raconté qu'au début de l'attaqu, il avait crié dans un haut-parleur que les attaquants étaient des agents de la DEA.

 

Vincent a dit qu'il était resté dans le pays pendant 6 mois et Solages a dit qu'il y était resté 1 mois. Tous 2 ont dit que les Colombiens impliqués dans le complot étaient restés environ 3 mois dans le pays.

 

Mais la seule chose que Vincent a pu dire, c'est que le cerveau derrière ce complot était un étranger qu'on appelait “Mike” qui parlait espagnol et anglais.

 

Solages a dit qu'il avait trouvé ce travail d'interprète par une petite annonce en ligne. Il n'a pas dit combien on l'avait payé.

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

https://www.resumenlatinoamericano.org/2021/07/10/haiti-todo-indica-que-con-la-excusa-de-la-ejecucion-de-moise-se-esta-fraguando-una-intervencion-de-estados-unidos/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2021/07/haiti-une-intervention-des-etats-unis-sous-pretexte-de-l-assassinat-de-jovenel-moise.html