Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Argentine : Un nouvel ambassadeur des Etats-Unis ennemi de Cuba et du Venezuela

28 Octobre 2021, 16:55pm

Publié par Bolivar Infos

Par Raúl Dellatorre

 

Définitions dures au Capitole. "L'Argentine est un joli bus touristique dont les roues ne marchent pas"

 

L'avocat démocrate, avec un profil arrogant et méprisant proche de celui de Trump, a exigé du gouvernement "un plan macro qu'il n'a pas encore" pour pouvoir payer la dette envers le FMI, et qu’il s’aligne sur les Etats-Unis pour isoler le Venezuela et Cuba.

 

Arrogant, provocateur, méprisant et ne cherchant pas à dissimuler ses intentions d'ingérence dans les affaires intérieures, c'est ainsi que Marc Stanley, l'avocat, "activiste politique et chef de la communauté juive étasunienne", s'est montré devant le Sénat étasunien, lorsqu'il s’est présente après avoir été nommé par Joe Biden à la tête de l'ambassade des États-Unis à Buenos Aires.

 

Devant la commission des relations étrangères du Sénat de son pays, le futur ambassadeur a décrit l'Argentine comme "un beau bus touristique dont les roues ne marchent pas". Il a remis en question le non alignement du Gouvernement d'Alberto Fernández sur la lutte des États-Unis contre les Gouvernements du Venezuela, de Cuba et du Nicaragua sous prétexte de défendre les droits de l'homme (une croisade que de nombreux pays d'Amérique Latine rejettent et considèrent comme des tentatives d'ingérence dans les affaires intérieures). Et il a annoncé qu'il prévoyait de "dialoguer avec les dirigeants de tous les niveaux du pays pour s'assurer que nos idéaux sont honorés dans l'hémisphère". C'est-à-dire qu'il promet également une ingérence dans les affaires intérieures de l'Argentine.

 

Lorsqu'il a été consulté par les membres du comité sénatorial qui doivent approuver sa nomination sur son opinion concernant les relations du Gouvernement argentin avec le FMI, l'avocat démocrate Stanley a souligné qu'il s'était engagé envers les deux parties à "aider l'Argentine à restructurer sa dette avec le FMI", bien qu'il ait averti que c'était "l’un des plus grands défis qu’affronte le pays : l’énorme dette envers le FMI et sa longue récession. »

 

"La dette envers le FMI, de 45 000 000 000 de dollars, est énorme. Le problème, cependant, est qu'il est de la responsabilité des dirigeants argentins d'élaborer un plan macro pour les rendre, et ils ne l'ont pas encore fait. Ils disent qu'on y arrivera bientôt", a-t-il déclaré d'un ton ironique, presque moqueur.

 

À un autre moment de sa présentation, Marc Stanley, avec peu d'informations ou ayant intentionnellement déformé la réalité, a déclaré : "Le commerce bilatéral a été réduit et certaines entreprises de notre pays quittent l'Argentine en raison de barrières dues à des réglemente", une expression qui semble reprendre les slogans de l'opposition locale en Argentine dans ses positions les plus extrêmes et sans fondements.

 

Contre la Chine

 

Marc Stanley ne s'est pas privé non plus de souligner qu'il aura pour but d'interférer dans les relations économiques entre l'Argentine et la Chine, en insistant sue le fait qu’il mettra particulièrement l'accent sur le fait d’empêcher l'Argentine d'accéder aux dernières avancées chinoises en matière de technologies de communication.

 

"Alors que les États-Unis sont de plus en plus en concurrence avec la République populaire de Chine en Argentine et ailleurs, je ferai une priorité de lui tenir les pieds chauds, en particulier lorsque des produits tels que la technologie 5G entrent sur le marché régional et permettent à la Chine d'accéder à toutes les données et informations de la population argentine", a alarmé Stanley.

 

Origine et intérêts

 

Malgré son origine démocrate indubitable, son militantisme et ses services pour ce parti depuis quatre décennies dans son Texas natal, la façon dont Marc Stanley s'est exprimé au Sénat ressemble davantage au style qui a caractérisé Donald Trump ces dernières années qu'à la modération apparente que son successeur, Joe Biden, tente de transmettre.

 

Cependant, son histoire professionnelle d'avocat et son militantisme au sein du milieu juif des affaires aux États-Unis le rapprochent plus de l'image d'un lobbyiste des intérêts des grands hommes d'affaires que de celle d'un diplomate de carrière.

 

Il promet d’arriver pleinement, et dès le départ, à un accord avec le FMI, mais clairement du côté d'une définition de la politique macroéconomique qui garantit en priorité le remboursement de la dette.

 

Il promet d'aligner l'Argentine sur la ligne la plus dure de la politique étasunienne pour l'Amérique Latine, qui a été ordonnée à partir du moment où l’axe Caracas-La Havane-Managua a été défini comme "axe du mal".

 

Il considère l'Argentine comme un autre terrain de lutte avec la Chine pour l'hégémonie technologique et commerciale sur le monde et promet une forte intervention locale à cet égard.

 

Il reste ainsi sur la même ligne que son prédécesseur à l'ambassade, Edward Prado, à qui on a attribué un rôle central dans la préparation de l’affaire des "Carnets Gloria1", cette grosse affaire concernant des pots-de-vin dans les travaux publics, par laquelle les États-Unis auraient essayé de déplacer les entrepreneurs en construction liés au capital chinois et de les remplacer par des entreprises étasuniennes avec de meilleurs contrats.

 

Les travaux n'ont pas été terminés, en particulier parce que le Macrisme a démoli les conditions qui permettaient le développement de projets dans le pays, publics ou privés.

 

traduction Apple revue par Bolivar Infos

NOTE de Bolivar Infos: