Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cuba : La Carte des Exportations pour mieux placer nos produits sur le marché international

5 Décembre 2021, 22:55pm

Publié par Bolivar Infos

La Carte des exportations - une plateforme lancée par le ministère du Commerce extérieur et des Investissements étrangers (Mincex) avec la collaboration d'universités et d'autres entités – est axée sur la promotion intégrale produis exportables du pays

 

Auteur: Yaditza del Sol González | yadidelsol@granma.cu

3 décembre 2021 10:12:53

 

Placer sur la scène internationale des produits et services attractifs et compétitifs, qui contribuent à la consolidation de ce qui est fabriqué à Cuba et à l'attraction d'autres marchés potentiels, est une prémisse pour notre économie, afin d'augmenter et de diversifier les exportations, qui constituent l'une des principales sources de revenus du pays.

 

À cet égard, la Carte des exportations - une plateforme lancée par le ministère du Commerce extérieur et des Investissements étrangers (Mincex) avec la collaboration d'universités et d'autres entités – est axée sur la promotion intégrale des produits exportables du pays.

 

Selon les précisions apportées à Granma par Lietsa Peña Pacheco, directrice des exportations de biens et services du Mincex, il s'agit d'un outil dynamique et interactif, qui permet d'afficher et d'offrir des informations en temps réel sur ces produits.

 

La carte, qui est disponible sur Internet depuis octobre dernier, est librement accessible via l'URL http://mapaexportaciones.mincex.gob.cu, et tout utilisateur peut visiter le site pour consulter les informations affichées sans avoir besoin d'un mot de passe ou d'un enregistrement préalable, a-t-elle expliqué.

 

Toutefois, a-t-elle souligné, cet outil n'en est qu'à ses premiers pas et fait l’objet d’un processus continu d'amélioration et de mise à jour, car des données, des graphiques et d'autres contenus sont encore introduits, qui contribuent à l'expérience et à la recherche des utilisateurs.

 

La responsable a commenté que « nous aurons une carte meilleure et plus complète au fur et à mesure que chaque territoire placera ses informations et profitera des opportunités et de la promotion offertes par notre outil ».

 

Pour qu'il soit performant, il a besoin du soutien des spécialistes des départements du Commerce extérieur de chaque province et de la municipalité spéciale de l’Île de la Jeunesse, car ils sont les seuls autorisés à ajouter, modifier et supprimer les informations et les données de leurs territoires, a-t-elle indiqué.

 

En fin de compte, a-t-elle souligné, cela profitera au territoire lui-même, car non seulement il fera connaître au monde ses produits exportables, mais il pourra également comparer ses résultats dans certains domaines et par rapport à d'autres provinces.

 

À l’heure actuelle, 669 entités productrices liées aux exportations de biens et/ou de services sont présentes sur la Carte et, parmi elles, 23 correspondent à des formes de gestion non étatiques, a annoncé Odet Arias Montero, spécialiste de la politique commerciale au Mincex.

 

Elle a précisé qu'il y a encore beaucoup de données à intégrer, comme dans le cas des micro, petites et moyennes entreprises. La bonne chose, a-t-elle dit, c’est qu'elles ont déjà la possibilité de le faire.

 

Aujourd'hui, a-t-elle dit, les entités exportatrices, qu'il s'agisse d'entreprises étatiques ou de tout autre acteur économique, y compris les pôles de production, peuvent alimenter le système avec leurs informations et leurs données, sur la base de la collaboration qu'elles entretiennent avec les entreprises autorisées à exercer des activités de commerce extérieur.

 

La Carte est destinée à recueillir toutes les informations disponibles et utiles sur les produits exportables, telles que leur origine, les entités exportatrices, les producteurs, les projets locaux liés à l'activité, les ports de sortie du pays, les voies de transport, les entrepôts, la destination, etc., a-t-elle signalé.

 

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

 

Ce système informatique, a expliqué Dariel Trujillo, l'un des développeurs et spécialistes en charge du projet, permet d'obtenir une base de données avec des indicateurs d'exportation.

 

« Par exemple, en accédant à la plateforme, l'utilisateur peut choisir ce qu'il veut voir de manière géo-référencée, que ce soit par province, par municipalité ou par entité liée à l'exportation, au même titre qu'une entreprise d'État ou une coopérative. »

 

De même, une fois l'option sélectionnée, les contacts des responsables du commerce extérieur dans les différentes provinces, la quantité de marchandises disponibles sur le territoire, le statut du produit ou du service exportable (promotion, développement ou consolidation) sont également visibles, a-t-il ajouté.

 

Ces données peuvent être utilisées pour générer des rapports quantitatifs et qualitatifs, ainsi que des rapports démographiques et des analyses de marché, a-t-il précisé.

 

« En géoréférençant une entreprise de production, nous pouvons connaître son environnement d'un point de vue urbain et socio-économique, qu'il s'agisse d'une école, d'un hôpital, d'une usine, etc. et, à partir de là, concentrer les initiatives et les projets de développement local. »

 

Un autre avantage de la carte, a-t-il indiqué, est qu'elle identifie nos articles exportables pour les clients étrangers, en fonction des caractéristiques de ces marchés ; elle renforce la compétitivité et cherche à diversifier les produits et services cubains qui peuvent être insérés sur la scène internationale.

 

Arias Montero a également rappelé que ce projet est issu du développement local et que l'une de ses fonctions est de fournir aux provinces et aux municipalités des informations sur leur potentiel de production et d'exportation, ainsi que sur leur capacité de travail. « Ceci sera possible grâce aux données démographiques de chaque localité, qui seront incluses dans la carte. »

 

PARTENARIATS NÉCESSAIRES

 

La mise au point de cet outil a également été possible grâce aux liens qui ont été tissés avec le monde universitaire et d'autres entités.

 

Par exemple, Lietsa Peña Pacheco a rappelé qu’à la suite d'une visite gouvernementale dans la province de Guantanamo, conduite par le Premier secrétaire du Comité central du Parti et président de la République, Miguel Diaz-Canel Bermudez, il a été proposé au Mincex de renforcer les liens avec l'Université de cette province, qui travaillait déjà sur des systèmes de géoréférencement, et de voir comment les actions menées en matière de développement local pouvaient apporter une valeur ajoutée à la Carte.

 

« Cette nouvelle proposition était ambitieuse en raison de sa complexité en matière de développement de logiciels et nécessitait de nouvelles capacités techniques que le Mincex ne possédait pas. Des partenariats ont donc été noués afin de trouver des solutions aux problèmes de manque de personnel et de capacités techniques », a-t-elle expliqué.

 

Par la suite, a-t-elle signalé, des accords de travail ont été conclus avec les universités de La Havane et de Guantanamo, en plus de l'expérience que le Centre pour la promotion du commerce extérieur et des investissements étrangers de Cuba (Procuba) nous a transmise en matière d'activités promotionnelles.

 

Pour l'heure, a-t-elle ajouté, nous travaillons à l'élaboration d'un manuel d'utilisation afin de permettre aux utilisateurs d'interagir plus facilement avec l'outil et de tirer parti de tout son potentiel. De même, les gouvernements provinciaux s'efforcent d'atteindre les producteurs afin de leur montrer les opportunités qui s'ouvrent en incluant leurs produits et services exportables.

 

À ce propos, Ivon Garzón, directrice adjointe des exportations au Mincex, a souligné que cette base de données sera également un outil pour la prise de décision à tous les niveaux du pays, car grâce à ces informations et ces données, les marchés potentiels peuvent être détectés.

 

Elle constitue une plateforme essentielle pour le travail quotidien, tant pour l'entreprise exportatrice que pour le client étranger, qui pourra trouver sur la Carte les fiches techniques des produits exportables.

 

Parmi les projections d'amélioration du système, on peut citer notamment l'introduction de la chaîne de fonctionnement Port-Transport-Économie interne, qui faciliterait, entre autres avantages, le calcul de la distance entre un point de sortie, tel que les aéroports, les gares ferroviaires, les ports maritimes, et les entités productrices. À partir de cette analyse, des décisions logistiques peuvent être prises.

 

https://fr.granma.cu/cuba/2021-12-03/la-carte-des-exportations-un-outil-numerique-pour-mieux-positionner-nos-produits-sur-le-marche-international