Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Honduras: Xiomara Castro, la femme qui a ramené la gauche au gouvernement

2 Décembre 2021, 18:24pm

Publié par Bolivar Infos

Elle a été première dame et s’est présentée 2 fois aux élections. Maintenant, elle va être Présidente de la République.

 

Xiomara Castro, du parti Liberté et Refondation (LIBRE), épouse de l’ancien président Manuel Zelaya, a gagné les élections au Honduras. non seulement elle devient la première femme à gouverner le pays mais elle a également mis fin à 12 ans de gouvernement conservateur et elle ramènera la gauche hondurienne au pouvoir pour la première fois depuis que Zelaya a été déposé par un coup d’Etat en 2009.

 

Après 2 jours d’incertitude causée par la lenteur du décompte des voix,, mardi, le candidat du parti National au pouvoir, Nasry Asfura, a reconnu sa défaite et félicité Castro.

 

« Nasry Asfura Zablah, Candidat du PN, accepte la volonté du peuple, reconnaît la victoire de l’alliance LIBRE et mon triomphe en tant que présidente élue du Honduras. Merci! » a écrit une Castro folle de joie sur Twitter.

 

« Peuple, je ne vais pas te faire défaut! Avec mes promesses, nous reviendrons à l’ordre démocratique, » a-t-elle ajouté.

 

Et dimanche soir, alors que tout indiquait qu’elle avait une large avance, Castro, 62 ans, a dit: « Nous avons former un Gouvernement de réconciliation, de paix et de justice. Nous allons engager un processus destiné à garantir une démocratie participative, une démocratie directe. »

 

Celle qui fut première dame de 2006 à 2009 a déclaré: « J’appellerai à un dialogue avec tous les secteurs d ea société hondurienne pour que nos puissions utiliser des points de concordance et établir des bases minimales pour un prochain Gouvernement. »

 

Castro, habillée en rouge et noir, a terminé son discours par la phrase: « hasta la victoria siempre! »

 

L’un des slogans de campagne de son adversaire, Nasry Asfura, était: « La Patrie, oui, le communisme, non! »

 

Xiomara Castro

 

Castro s’est montrée favorable à l’avortement sous 3 conditions, à un rapprochement avec la Chine pour un pays qui a traditionnellement été lié aux Etats-Unis.

 

Les accords importants

 

Dans sa lutte pour chasser le parti au pouvoir du Palais présidentiel, elle a fait un pacte avec l’Union Nationale d’Opposition du Honduras (Unoh), dirigée par Salvador Nasralla, avec qui elle a formé une alliance, en octobre, ainsi qu’avec d’autres partis qui lui ont finalement donné leur soutien pour se présenter aux élections.

 

Pendant sa campagne, Castro a proposé une « refondation  du pays » avec un programme de gouvernement destiné à réformer plusieurs lois votées sous le mandat précédent et même de convoquer une Assemblée Constituante pour modifier la Constitution du Honduras.

 

En s’adressant à ses sympathisants, dimanche soir, elle a affirmé que sa victoire implique d’en finir avec « la corruption, le trafic de drogues et les escadrons de la mort. » Et elle a ajouté qu’elle ne ferait pas défaut « aux femmes » et qu’elle exigerait pour elles, « le respect ainsi que ce que les femmes souhaitent le plus: les enfants et l’enfance. »

 

Elle a aussi proposé de légaliser l’avortement et d’étendre les programmes sociaux.

 

Elle a également promis d’abroger la loi organique sur les zones d’emploi et de développement économique (ZEDE), approuvée en mai de cette année qui crée des zones du territoire national sujettes à un « régime spécial » dans lesquelles les investisseurs sont chargés de l’apolitique fiscale, de la sécurité et de la résolution des conflits, entre autres compétences.

 

« Pour créer de l’emploi et développer le pays, nous n’avons pas besoin de vendre notre souveraineté. Nous allons créer cet espoir que le peuple demande, » a-t-elle déclaré pendant la campagne.

 

Elle prendra les rênes du gouvernement à un moment difficile pour le pays, secoué par la pandémie de coronavirus, une émigration massive et les suites de plusieurs désastres naturels.

 

De plus, le Parti National (PN), du président sortant Juan Orlando Hernández, a été au centre de plusieurs plaintes concernant le trafic de drogues et la corruption, quelque chose qu’il nie.

 

En effet, son frère a été condamné à la prison à perpétuité cette année aux Etats-Unis pour trafic de drogues et lui-même court le risque d’être extradé et jugé dans ce pays pour la même raison après avoir quitté ses fonctions.

 

Le couple Castro-Zelaya

 

Castro est née en 1959 dans une famille de grands propriétaires terriens. A 16 ans, elle a épousé son cousin Manuel Zelaya et tous 2 se sont installés dans la région d’Olancho. Ils ont eu 5 fils. A l’université, elle a obtenu une licence en administration de l’entreprise.

 

Son nom a commencé à résonner au niveau national ainsi que celui de son époux qui est arrivé à la présidence en se présentant, à l’origine, comme un candidat de centre-droite du Parti Liberal (PLH) et qui, ensuite, a viré à gauche.

 

En 2005, dans e cadre de la campagne présidentielle de son mari, elle a fait sa première incursion en politique en organisant la branche féminine du Parti Liberal du Honduras dans la région de Catacamas. Quand Zelaya s’est présenté aux élections présidentielles, elle a organisé plusieurs campagne en faveur de son mari.

 

Après plusieurs mois de crise politique entre les différents pouvoirs et après une tentative destinée à réaliser une consultation du peuple pour changer la Constitution qui a été déclarée illégale, en juillet 2009, au milieu de la nuit, Zelaya a été déposé par un groupe de militaires soutenus par la Congrès qui ont attaqué sa maison et l’ont mis en pyjama dans un avion pour le Costa Rica.

 

L’activisme politique de Castro a fait les gros titres de presse internationale quand, après le coup d’Etat, elle a organisé une marche à Tegucigalpa pour demander le retour de son mari à la présidence. 

 

Elle est devenue ainsi l’un des visages les plus visibles du Front National de Résistance Populaire (FNRP), qui cherchait à remettre Zelaya au pouvoir.

 

C’est alors qu’elle a commencé à accumuler un plus grand nombre de sympathisants et aussi d’opposants…

 

Depuis ce moment-là, on la voit comme une figure politique à prendre en compte dan sur pays des lequel, traditionnellement, le pouvoir est détenu par des hommes.

 

Le chemin vers la présidence

 

3 ans plus tard, en juillet 2012, elle a été pour la première fois candidate à la présidence pour le parti LIBRE, créé avec son mari.

A cette occasion, elle a perdu les élections face au président sortant Juan Orlando Hernández, qui était toujours en fonctions quand Castro s’est à nouveau présentée aux élections comme camarade de formule de Nasralla en 2017.

 

Au début, elle s’était présentée pour LIBRE aux élections d’il y a 4 ans mais ensuite, elle avait décidé de s’allier avec le candidat d’opposition pour ces élections qui ont été marquées par des résultats contestables mais qui se sont transformés en une véritable fraude électorale en faveur d'Hernández. 

 

La réélection du président n’était pas autorisée par la Constitution du Honduras mais le Tribunal Constitutionnel avait donné le feu vert à Hernández pour se présenter pour un second mandat.

 

Dès lors, Castro est devenue l’une des plus dures critiques de son Gouvernement qu’elle qualifiait de « dictature » et qu’elle accusait de corruption. 

 

Au début de cette année, Castro s’est à nouveau présentée après avoir fait savoir, fin 2020, qu’elle souhaitait être présidente.

 

A la différence des autres candidats, elle n’a jamais été impliquée dans des affaires de corruption.

 

A présent au pouvoir, les défis qu’elle va devoir affronter vont au-delà des problèmes politiques et économiques et des désastres climatiques de ces dernières années.

 

Le Honduras est l’un des pays les plus pauvres et violents du continent avec une taux de criminalité très élevé et un taux de pauvreté de presque 70%. Le pays compte 9 500 000 habitants. 

 

Castro sera investie le 27 janvier et ce sera la première femme à prendre les rênes du pays.

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol:

https://www.resumenlatinoamericano.org/2021/12/01/honduras-xiomara-castro-la-aguerrida-mujer-que-devuelve-la-izquierda-al-gobierno/

URL de cet article:

http://bolivarinfos.over-blog.com/2021/12/honduras-xiomara-castro-la-femme-qui-a-ramene-la-gauche-au-gouvernement.html