Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Amérique Latine: Nous faisons tous partie d’une grande patrie bien que beaucoup veuillent nous diviser

8 Janvier 2022, 17:24pm

Publié par Bolivar Infos

Par Jorgelina Naveiro

 

Le président Alberto Fernández est devenu aujourd’hui président de la Communauté des Etats Latino-américains et Caribéens (CELAC) pour la prochaine année et il a annoncé qu’il travaillerait 15 objectifs en matière sanitaire, économique et alimentaire après 2 ans de pandémie. Il a également affirmé que les conséquences du changement climatique doivent être « la principale préoccupation » et a remercié les dirigeants des pays pour leur soutien à l’ Argentine sur un problème aussi délicat que la renégociation de la dette envers le Fonds  Monétaire International. « On sait qu’on est plus fort, » a-t-il noté.

 

Il a été élu vendredi président tournant de la CELAC pour la prochaine année lors du XXII ème sommet de cet organisme qui s’est tenu au Palais Saint Martín. Après les délibérations, dans son premier discours officiel, Fernández a affirmé qu’il assumait ce défi « avec la conviction que nous faisons tous partie d’une grande patrie bien que beaucoup fassent l’impossible pour nous diviser et en conséquence, nous soumettre facilement. »

 

Après avoir brièvement rappelé le chemin parcouru jusque’à la création de la CELAC en 2013, Fernández a parlé de la philosophie de cet organisme: « Il n’est pas né pour s’opposer à quelqu’un ou pour s’immiscer dans la vie politique et économique des pays, » a-t-il dit et il a complété: « Il est né en tant que forum favorable à nous-mêmes, qui a toujours encouragé le consensus et la pluralité dans un cadre  de convivialité démocratique, sans aucune sorte d’exclusion. »

 

Il a évoqué les séquelles des 2 années de pandémie au niveau mondial et régional et il a remarqué que la pauvreté  et les inégalités ont augmenté en même temps que le virus s’est répandu. « Quand la pandémie a débuté, nous étions le continent sur lequel il y avait le plus d’inégalités au monde. Ces différences se sont renforcées après le mauvais traitement auquel nous a soumis la pandémie. Dans cette région, la richesse est concentrée dans peu de mains et la pauvreté est distribuée à des millions d’hommes et d femmes qui  souffrent. »

 

Il a cité le Colombien Gabriel García Márquez en affirmant que la question que l’écrivain s’est posée quand il a reçu le Prix Nobel est plus pertinente  que jamais: Pourquoi penser que la justice sociale que les Européens précurseurs cherchent à imposer des leurs pays ne peut être également un objectif latino-américain avec des méthodes différentes dans des conditions différentes? » Fernández a noté que, bien que 40 ans se soient écoulés depuis et qu’il y ait eu des avancées en matière de liberté et de démocratie, « nous n’avons pas été capables de concrétiser cette équité sociale dont parlait García Márquez. »

 

Et il a affirmé: « Avec tant d’inégalités, la démocratie semble vide de contenu et ceux qui jouissent le plus de  la liberté sont ceux qui jouent un rôle central dans la société que  ceux qui vivent en marge de la société. »

 

Le nouveau président de la CELAC a annoncé les axes centraux de sa gestion à la tête de l’organisme. Il précise que 15 objectifs ont été définis avec des concepts importants comme la connaissance, l’industrie, la production et l’emploi qui, a-t-il souligné, « ne sont pas des mots magiques pour la région. »

 

Il a énuméré plusieurs thèmes comme « la stratégie sanitaire, le rétablissement de l’économie, la gestion des risques dans des situations de désastre et avec la sécurité alimentaire. » Il a dit aussi qu’ils cherchent  « l’inclusion dans la coopération aérospatiale et dans la science et la technologie appliquées à l’innovation associée. »

 

Et il a mentionné les conséquences du changement climatique et les ravages qu’il fait en particulier dans les pays des Caraïbes: « Nous ne pouvons pas regarder, impavides, une telle réalité. Ce problème doit occuper le premier rang dans la liste des problèmes que nous devons affronter. »

 

Et enfin, Fernández a déclaré qu’il aimerait discuter de stratégies qui permettent « de prendre des positions au niveau de la région » face aux organismes financiers internationaux et, sur ce point, il a évoqué un problème essentiel pour son pays: les négociations qu’il conduit avec le Fonds Monétaire International.

 

« Je veux rendre grâce au soutien que vous avez tous apporté aux négociations que mène l’Argentine avec le FMI. Je vous remercie vraiment parce qu’on se sait beaucoup plus fort quand on sait que nos frères latino-américains et caribéens nous accompagnent, » a-t-il déclaré et il a été applaudi.

 

Il a ensuite remercié pour la soutien qui a été apporté à la réclamation de l’Argentine concernant sa souveraineté sur les Iles Malouines: « Merci pour votre soutien permanent si simple mais si humain à l’Argentine sur la question des Malouines. Nous serons aussi fermes que patients pour réclamer notre souveraineté sur cette terre usurpée au moment de négocier pour que notre réclamation avance, » a-t-il conclu.

 

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol:

https://www.resumenlatinoamericano.org/2022/01/07/argentina-alberto-asumio-en-la-celac-todos-somos-parte-de-una-patria-grande-aunque-muchos-quieran-dividirnos/

URL de cet article:

http://bolivarinfos.over-blog.com/2022/01/amerique-latine-nous-faisons-tous-partie-d-une-grande-patrie-bien-que-beaucoup-veuillent-nous-diviser.html