Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela : L’Argentine vote contre le Venezuela au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU

27 Janvier 2022, 17:37pm

Publié par Bolivar Infos

Par Augusto TaglioniLe Gouvernement d’Alberto Fernández a condamné expressément les violations des Droits de l’Homme du Gouvernement de Nicolás Maduro, lors de la réunion du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, ce mardi à Genève, concernant l’examen périodique du Venezuela.

 

Dans son exposition, le représentant de l’Argentine, Christian Machuca, a parlé de disparitions forcées et demandé au Gouvernement de Maduro de satisfaire les demandes de la haute commissaire Michele Bachelet. C’est un geste important d’Alberto Fernández en direction des Etats-Unis qui sera certainement condamné par les secteurs les plus durs du kirchnérisme et par le Gouvernement chaviste lui-même.

 

Au début de sa présidence, Alberto Fernández s’était engagé envers Bachelet à soutenir ses dénonciations concernant le Gouvernement de Maduro.

 

Machuca représente l’Argentine au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU en remplacement de Federico Villegas qui en exerce la présidence.

 

L’Argentine recommande au Venezuela de coopérer pleinement avec le Conseil des Droits de l’Homme et de répondre à l’appel de la haute commissaire de l’ONU pour que soient réalisées des enquêtes rapides, exhaustives, impartiales et indépendantes sur les allégations de violations des Droits de l’Homme, qu’on traduise devant la justice ceux qui les ont perpétrées et que les victimes touchent des indemnisations.

 

« L’Argentine recommande au Venezuela de coopérer pleinement avec le Conseil des Droits de l’Homme et tous ses mécanismes et de mettre en place intégralement toutes les recommandations des rapports de la haute commissaire, de répondre à l’appel de la haute commissaire de l’ONU pour que soient réalisées des enquêtes rapides, exhaustives, impartiales et indépendantes sur les allégations de violations des Droits de l’Homme, qu’on traduise devant la justice ceux qui les ont perpétrées et qu’on garantisse une indemnisation aux victimes. »

 

Ce vote a eu lieu après une série de signes de rapprochement du Gouvernement avec les Etats-Unis comme la récente réunion du chancelier Santiago Cafiero avec son homologue Anthony Blinken et l’acceptation par Alberto Fernández des lettres de créance de l’ambassadeur n ord-américain dans le pays, Marc Stanley, lors d’une cérémonie protocolaire qui aurait pu être menée à bien par n’importe quel autre fonctionnaire.

 

A la chancellerie, on prétend que le fait Alberto Fernández assume la présidence de la CELAC et ses voyages en Russie et en Chine n’ont pas créé de tensions avec Washington et qu’il pourrait y avoir un accord sur « 4 ou 5 points » avec le Gouvernement de Joe Biden pour qu’il apporte un soutien importante lors des négociations avec le FMI.

 

Plusieurs gestes se sont produits dans ce cadre. L’un d’entre eux est l’alliance inattendue avec les Etats-Unis dans la demande de traitement des alertes rouges contre les Iraniens (l’un d’eux étant présent à l’investiture de Daniel Ortega en Nicaragua) accusés de l’attentat contre l’ AMIA et l’autre est ce vote contre le Venezuela qui se rapproche de la ligne de Washington.

 

Des sources diplomatiques consultées par LPO ont pris avec des pincettes la stratégie du gouvernement : « Nous avons des positions de rapprochement avec le Venezuela et à Genève, nous votons contre. La dichotomie se répète. »

 

Les positions de divers fonctionnaires du Front de Tous contre le régime vénézuélien suscite des critiques et de la colère parmi l’aile dure du kirchnérisme qui désigne comme responsables de la grave crise que vit le Venezuela les sanctions et le blocus des Etats-Unis.

 

Cette divergence interne s’exprime avec force dans les différences entre diplomates et fonctionnaires politiques : « Alors que Federico Villegas condamne à Genève les violations des droits de l’homme au Venezuela, Carlos Raimundi s’est abstenu à l’ OEA, » a ajouté la source.

 

Le début des sessions du Conseil des Droits de l’Homme présidées par l’Argentine coïncide avec le retour des Etats-Unis dans cette organisation (que Donald Trump avait quittée), une chose qu’au gouvernement, on considère comme un geste significatif.

 

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

https://www.resumenlatinoamericano.org/2022/01/26/argentina-vergonzosa-condena-a-venezuela-del-gobierno-y-no-del-pueblo/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2022/01/venezuela-l-argentine-vote-contre-le-venezuela-au-conseil-des-droits-de-l-homme-de-l-onu.html