Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bolivie : Une peine plus que légère pour les comploteurs de coup d'État militaires :

25 Février 2022, 18:09pm

Publié par Bolivar Infos

Les anciens commandants de la FAB Gonzalo Terceros et les commandants de la marine Palmiro Jarjury sont en prison depuis juillet. Leurs proches se sont excusés et ont déclaré que les forces armées les avaient abandonnés

 

Lors d'un procès abrégé après avoir reconnu leur culpabilité, d'anciens commandants de l'armée de l'air bolivienne Gonzalo Terceros et de la marine de Palmiro Jarjury ont été condamnés à trois ans de prison pour l'affaire Coup d'État II, mais ils peuvent bénéficier de la liberté.

 

Les deux soldats ont été inculpés avec le reste de la direction militaire de 2019 et l'ancienne présidente Jeanine Áñez dans l'affaire ouverte par la saisie par Áñez de la présidence du Sénat, qui lui a ensuite permis de prendre le pouvoir.

 

La raison avait accès à la peine qui établit que l'armée a admis sa culpabilité" pour la commission des crimes de résolution contraires à la Constitution et aux lois, et le non-respect des devoirs dans une certaine complicité. Selon le document, le ministère du Gouvernement, en tant que partie accusatrice, "s'est opposé à l'imposition d'une peine de 3 ans de prison, demandant qu'ils soient punis en tant qu'auteurs et non en tant que complices".

 

Selon l'accusation du procureur, Terceros a facilité le transfert des députés et des sénateurs de l'opposition pour l'installation éventuelle de sessions de l'Assemblée législative dans le but de promouvoir la succession d'Áñez, en plus d'approuver la "réalisation illégale de l'investiture et l'imposition de symboles patriotiques au président présumé".

 

Alors que Jarjury a également été accusé d'avoir autorisé l'imposition de symboles patriotiques à Áñez, dans la nuit du 12 novembre, et de ne pas avoir respecté le mandat de garantir l'exercice d'un président élu.

 

Les deux soldats sont en prison depuis le 4 juillet. Le 11 février, les proches des anciens commandants, dans une lettre manuscrite, ont confirmé qu'ils allaient passer à un processus abrégé pour protéger leur santé, ont demandé à comprendre la décision prise et ont dénoncé que les forces armées les avaient "abandonnés".

 

La veille, le ministre de la Justice, Iván Lima, avait anticipé à La Razón que les anciens commandants demandaient à se rendre à un procès abrégé, ce qui implique qu'ils devaient reconnaître la responsabilité des crimes dont ils sont accusés. "C'est une reconnaissance de la responsabilité et de la culpabilité", a-t-il expliqué.

 

Williams Kaliman, ancien commandant des forces armées ; Flavio Gustavo Arce, ancien chef d'état-major ; Pastor Mendieta, ancien commandant de l'armée ; en plus de l'ancien commandant de police Yuri Calderón, sont également inculpés. Kaliman et Calderón sont en liberté.

 

Le procès dans l'affaire Coup d'État II devait commencer le 10 février, mais a été suspendu parce que l'ordonnance d'ouverture ou d'ouverture a été contestée par les défendeurs.

 

https://www.resumenlatinoamericano.org/2022/02/18/bolivia-una-pena-mas-que-leve-para-militares-golpistas-los-excomandantes-terceros-y-jarjury-condenados-a-3-anos-de-prision/