Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pérou : Une accusations sans fondement

2 Mars 2022, 18:44pm

Publié par Bolivar Infos

Des juristes font aujourd’hui de sévères critiques à propos de l’accusation que l’extrême droite porte contre le président Pedro Castillo pour infraction à la constitution et trahison envers la Patrie à laquelle le parlement a donné le feu vert ce soir.

 

Les constitutionnalistes Omar Cairo et Alberto Otarola ont été d’accord : ils avertissent tous deux que l’accusation manque de fondement et des personnalités politiques d’autres bords ont indiqué que cette accusation est destinée à séparer le président de son gouvernement d’une autre façon face à la difficulté de le destituer.

 

La destitution est basée sur une procédure légale « d’incapacité morale permanente » mais tout indique que ses partisans n’ont pas les deux tiers des voix nécessaires pour que cette motion soit approuvée.

 

Pour Otarola, les déclarations de Castillo faisant référence à une issue de la Bolivie sur la mer dans lesquelles il disait que toute décision à ce sujet serait l’objet d’une consultation du peuple ne signifient pas qu’il ait l’intention de céder du territoire au pays voisin et ne prouve pas qu’il soit coupable de trahison envers la patrie.

 

« Dans le droit romain, la trahison envers la patrie implique une connivence prouvée avec l’ennemi pour conspirer contre l’Etat. »

 

Il a déclaré que l’obsession qui aveugle ceux qui veulent destituer le président les amène à interpréter la constitution de façon erronée. »

 

Cairo a déclaré également : « il n’y a rien dans ce qu’a dit Castillo qui puisse lui être reproché, il ne dit pas qu’il va se soumettre la république à la domination étrangère. »

 

Il a ajouté que l’accusation attribuait au président la commission d’une trahison envers la Patrie pour avoir dit qu’il soutient la revendication de la Bolivie d’une issue sur la mer « et qu’il ferait ce que le peuple décidera. »

 

D’après lui, le parlement ne peut décider de destituer Castillo mais seulement le mettre à la disposition de la cour suprême pour qu’elle le juge.

 

Mais les partisans allèguent que le parlement peut le suspendre ou faire cesser ses fonctions pour qu’il Perde l’immunité parlementaire dont jouissent les présidents.

 

Il estime que, si on en arrivait à l’extrémité du procès judiciaire, celui-ci prendrait environ quatre ans, un laps de temps pendant lequel il devrait être remplacé par la vice-présidente Dina Boluarte.

 

La députée Margot Palacios du parti au gouvernement, Pérou libre, en rejetant l’accusation contre Castillo, a déclaré que la trahison envers la Patrie a été commise par les partis qui la lancent en signant la « lettre de Madrid » et en s’alignant sur le parti espagnol d’extrême droite Vox.

 

Ont aussi commis une trahison envers le pays ceux qui ont reçu illégalement de l’argent de l’entreprise brésilienne Odebrecht et « complotent en permanence contre la démocratie et le pays, » une allusion évidente à force populaire, le parti de la néolibérale Keiko Fujimori dont le groupe a voté pour l’accusation contre Castillo et encourage sa destitution.

 

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar infos 

 

Source en espagnol :

https://www.resumenlatinoamericano.org/2022/03/01/peru-juristas-cuestionan-acusacion-a-presidente-por-traicion/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2022/03/perou-une-accusations-sans-fondement.html