Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Brésil: Comment fonctionnent les milices virtuelles de Jair Bolsonaro

15 Août 2022, 19:51pm

Publié par Bolivar Infos

 

 

Par Gustavo Veiga

 

Le pouvoir 2.0 du président d'extrême droite l’a aidé à arriver au Gouvernement en 2018 et il insiste à présent avec la même recette en vue des élections. La différence est qu'il a accompli 4 ans de mandat et qu'il a augmenté ses troupes médiatiques.

 

Le Brésil respire un climat asphyxiant de fausses nouvelles, de censure explicite et d’opérations 2.0. Ce sont les armes avec lesquelles le président Jair Bolsonaro prétend s’imposer dans le combat final pour la domination de l'espace virtuel. On parle beaucoup d'un éventuel auto coup-d’Etat, du rôle clef des forces armées, du noyau dur que conserve l'extrême droite mais pas beaucoup de la bataille pour la production de sens dont ont déjà pâti le PT et ses alliés aux élections de 2018. L'histoire se répète à présent mais avec le Gouvernement le plus fort dans un domaine où ses milices informatiques ont l'habitude de prendre l'initiative.

 

Quatre ans au pouvoir leur ont permis d'incorporer plus de ressources, plus de puissants financiers de nouvelles favorables à son projet de continuité et plus de médias amicaux. C'est le cas de Jovem Pan, une chaîne de YouTube qui fonctionne 24 heures sur 24 sur les soi-disants mérites du militaire qui sollicite un second mandat. Google a été décisif pour qu’il  se consolide, selon la revue Piauí, et ce qui était un conglomérat de radios à San Pablo s'est transformé en un multimédia qui pense devenir la seconde chaîne de TV du pays sur Internet.

 

Son programme star « Os pingos nos IS » (quelque chose comme « les points sur les I ») avait déjà dépassé les 100 000 000 de reproductions par mois. Jovem Pan (Pan jeune) n'est pas ce que je suggère son nom. Elle a eu 80 ans en juin dernier et Bolsonaro lui a consacré une vidéo spéciale parce que c'est « une entreprise qui se détache de plus en plus dans la lutte pour la liberté d'expression. » La même qui, le 9 septembre 2021, répétait les déclarations fausses ou déformées du président. L’ONG Article 19 affirme que  le 9 septembre 2021, il en avait fait 3 851. Le mot « liberté » est de plus en plus répété par le président-candidat comme si c'était un prédicateur du libéralisme.

 

Il n'est pas besoin de remonter à des temps très lointains pour savoir comment interagit le bolsonarisme avec la presse. Le 12 juillet dernier, Flavio, le sénateur fils du président, s'est  plaint du fait que la compagnie aérienne GOL distribuait gratuitement à l’aéroport Congonhas de Sao Paulo la revue Veja, qui critique aujourd'hui le chef de l'État. Il a remis en question sur une vidéo qu'il a envoyée sur ses réseaux sociaux la couverture qui illustrait les attaques militaires du tribunal supérieur électoral (TSE).

 

Quelques jours plus tard, l'entreprise déclarait dans un communiqué que l'accord avec la publication était terminé : « GOL fait savoir qu’en mai de cette année, elle s'est associée à   Editora April pour distribuer gratuitement la revue Veja pour un temps limité et à l’essai comme une façon d'offrir plus d'options de compréhension à ses clients durant le check-in dans certains aéroports. L'association s'est achevée cette semaine. À aucun moment, la compagnie n'a participé au choix du contenu éditorial de la revue ni au choix de ses informations. » Flavio Bolsonaro a remercié pour cet acte de censure : « Ça a été un cas isolé. GOL a pris les mesures internes qu'elle a considéré comme adéquate. Bon voilà allons-y ! » A-t-il écrit.

 

La route vers octobre

 

L’offensive  du parti au pouvoir pour que rien n’échappe à ses miliciens virtuels a augmenté à un moment décisif vers le premier tour du 2 octobre. Ce mardi, Bolsonaro a commencé sa campagne électorale à Juiz de Fora, Minas Gerais, où il a été poignardé en 2018. Un mélange de défi vis-à-vis des sondages qui le donnent perdant au premier tour et un éventuel acte de victimisation dans la même localité où on a essayé de l'assassiner. Le président sortira faire une promenade à moto avec la troupe de motards qui a l'habitude de l'accompagner sur les routes du Brésil. Cette attaque qui date d'il y a quatre ans a été provoquée par Adélio Obispo, un inconnu qui a été déclaré irresponsable par la justice à cause de ses troubles mentaux. Malgré cela, le militaire a toujours encouragé une théorie de la conspiration : « il n'est pas sorti de sa tête (par Bispo). Pour moi, il n'est pas difficile de résoudre l'affaire. Maintenant bien, il va éclabousser des gens importants »a-t-il dit en janvier dernier quand il a été soigné à l'hôpital Villa Nova Star de San Pablo pour une occlusion intestinale.

 

Dans son désir de livrer bataille sur toutes les plates-formes possibles, Bolsonaro a aussi critiqué en avril dernier WhatsApp parce qu’elle a signé un accord avec la cour brésilienne pour retarder jusqu'après les élections une ressource de l'application qui permettrait de créer des groupes avec des milliers de participants. Cela faciliterait au président ancien appareil de communication la dissémination de France nouvelle dans tout le Brésil comme c'est arrivé avant les élections de 2018. Intitulé « communauté », c'est un instrument qu’il ne pourra pas utiliser, quelque chose que l'extrême droite qualifié « d’inacceptable, inadmissible et qui ne va pas être respectée. »

 

Enhardi et blessé, il a ajouté en s’adressant à son électorat : « Personne ne va vous enlever vos droits, cet accord n'est pas valable, nous, nous saurons comment faire. » Le minuteur est toujours en guerre ouvert avec deux membres du TSE, Edson Fachin et Alexandre de Moraes.

 

Le hacker alias el Vermelho

 

Bolsonaro ne plaint pas les ressources pour atteindre son but d'être réélu. Maintenant, il essaie d'engager l'avocat hacker Walter  Delgatti, alias el Vermelho.  C'est le personnage qui s'est rendu célèbre en exposant des tchats privés de l'affaire Lava Jato qui ont mis en évidence le dossier qui a été monté contre l'ancien président Lula pour le condamner à la prison. Aujourd'hui le candidat qui est largement en tête des sondages qui le donnent gagnant aux élections du 2 octobre même dans un éventuel second tour.

 

L’ego du président a atteint son point culminant quand le 7 décembre 2021, il a été élu par le vote des lecteurs de la revue Time « personnalité de l’année" . La publication a donné une semaine après sa propre évaluation et l’a déclassé Ses éditeurs ont opté pour le patron sud-africain Elon Musk, le créateur de Tesla qui a rencontré le militaire le 22 mai à Saint Pablo pour mettre en place un programme de connexion par satellite dans les écoles de la forêt amazonienne et contrôler la déforestation. Le multimillionnaire proche des idées du président, qui encourage les pratiques anti syndicales et critique les impôts sur les grosses  fortunes, est un « mythe de la liberté » selon Bolsonaro.

 

Malgré les bonnes relations entre les deux personnages, les phalanges virtuelles du président n'ont pas toléré le déclassement par Time et ont produit une fausse information qui devrait être dans le livre Guinness des records. Ils ont publié une réplique de la couverture de la revue avec la photo du militaire, un épigraphe en portugais qui le qualifiait de personnage de l'année et « de dirigeant du monde de libre » et en seulement 3 jours, cette fausse couverture a été copiée 27 000 fois sur les réseaux sociaux. Ce qui donne une idée du niveau d’impunité sur les réseaux sociaux du Brésil 2.0.

 

Les fanatiques partisans du président n’ont même pas été touchés par le fait que leur dirigeant ait vaincu Donald Trump dans le vote populaire de Time. À la même élection, les professionnels de la santé et les paramédicaux qui ont travaillé pendant  la pandémie et se sont exposé au virus comme personne, ont été troisièmes. La désinformation n'est pas seulement un problème brésilien.

 

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar infos

 

Source en espagnol :

https://www.resumenlatinoamericano.org/2022/08/14/brasil-como-funcionan-las-milicias-virtuales-de-jair-bolsonaro/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2022/08/bresil-comment-fonctionnent-les-milices-virtuelles-de-jair-bolsonaro.html