Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pérou : Discours de Pedro Castillo à l'assemblée générale des Nations unies

27 Septembre 2022, 22:16pm

Publié par Bolivar Infos

 

 

New York 20 septembre 2022

 

Monsieur le président,

 

Au nom du peuple péruvien, recevez mes plus chaleureuses félicitations pour votre élection à la présidence de l'Assemblée Générale. Votre large expérience diplomatique et votre engagement envers les problèmes environnementaux contribuera j'en suis sûr, au sujet de nos travaux.

 

Je souhaite également saluer et remercier le secrétaire général Antonio Guterres pour ses initiatives destinées à promouvoir une gouvernance mondiale plus efficace et plus juste ainsi que pour le travail acharné qu'il a réalisé dans un monde troublé qui exige des autorités fortes.

 

La situation internationale est complexes, difficile et délicate. Les équilibres stratégiques sont en train de se modifier et nos peuples voient avec inquiétude et avec préoccupations la détérioration de la paix, de l'environnement et de la situation économique internationale. Le monde s'oriente dangereusement vers des situations d'affrontement et d'opposition d’intérêts qui sont en train de créer une grave tension sans précédent dans l’histoire.

 

Le Pérou réaffirme sa ferme position en défense du principe de non agression et de respect de l'intégrité territoriale des Etats. Il réaffirme que l'intervention de la Fédération Russe en Ukraine est illégitime et réprouve également l'occupation persistante par Israël des territoires palestiniens et arabes depuis 1967.

 

La paix exclut toute sélectivité dans l'application de la Charte des Nations unies. Toutes les interventions armées violent la Charte. Il n'existe pas de bonnes et de mauvaises interventions. De même, toutes les sortes de sanctions différentes de celles qu’approuve le Conseil de Sécurité dans le cadre de ses actions de préservation de la paix et de la sécurité sont illégitimes et contraires au droit international. Toute autre sorte de sanction unilatérale est illégitime et contraire au droit international, y compris les sanctions économiques.

 

Quand des guerres ou des agressions se produisent, le devoir de la communauté internationale est de travailler pour obtenir un cessez le feu et la résolution des conflits par la voie pacifique grâce à des négociations diplomatiques. Nous ne devons pas encourager les conflits. Nous devons faire de la paix notre mission.C’est pourquoi le Pérou réaffirme une fois de plus la nécessité d'un cessez-le-feu en Ukraine, qu'on augmente la protection de la société civile touchée par le conflit et que des négociations s'engagent pour trouver une solution pacifique qui convienne aux intérêts de toutes les parties. En même temps, il faut donner une continuité à l'accord qui permet l'exportation de céréales d’Ukraine et comme l'a signalé le secrétaire général, faire les arrangements destinés à normaliser les exportations de fertilisants dont la pénurie frappe les agriculteurs les plus pauvres du monde en développement. Il est indispensable d'éviter que les sanctions économiques affectent la sécurité alimentaire, c'est finalement un problème qui touche au respect du droit de l’homme à l’alimentation.

 

En ce qui concerne la situation en Palestine où la violence s'est aggravée dans les territoires il y a quelques mois, il est également indispensable que la communauté internationale assume, une fois pour toutes, ses responsabilités et encourage les négociations de paix pour trouver une solution basée sur la reconnaissance de deux Etats : une Palestine indépendante et viable et un Israël avec des frontières sûres. Seulement ainsi, nous pourrons avoir une paix durable. Le Gouvernement du Pérou ouvrira prochainement une représentation diplomatique en Palestine, dans le total respect du principe de l'universalité des relations diplomatiques.

 

Monsieur le président,

 

Dans le contexte d'instabilité d'affaiblissement des consensus et des négociations diplomatiques destiné à transformer les foyers de conflit en situation de construction de la paix, il est indispensable de faire un saut en avant pour renforcer et étendre des opérations de maintien de la paix des Nations unies.

 

Par la volonté de mon Gouvernement, le Pérou a pratiquement doublé les effectifs militaires dans six mission de paix dans le monde, en particulier dans le processus de pacification et de stabilisation de la république de Centrafrique. Nous y contribuerons aussi à court terme avec des membres de la police.

 

Il y a seulement quelques jours, j’ai inauguré à Lima la première « conférence d'Amérique latine et des Caraïbes sur les opérations de maintien de la paix : vivre en paix. » Cette conférence a représenté une stimulation ferme destiné à élargir la participation de l'Amérique latine et des Caraïbes aux opérations de paix des Nations unies sous le principe de consentement des parties, d'impartialité et de non utilisation de la force sauf en cas de légitime défense.

 

Plus important encore, la conférence de Lima a décidé de créer un réseau latino-américain et caribéen pour la coopération dans les opérations de maintien de la paix.

 

Le Pérou s'est engagé dans l'exécution et la mise en fonctionnement immédiates du réseau. L'Amérique latine, qui a été décisive dans la création des Nations unies doit, sur la base des critères de solidarité d'action conjointe, intensifier son apport à la résolution des conflits et  la Paix est sa tradition historique. Sur cette ligne, mon Gouvernement intensifiera les consultations destinées à renforcer l'Amérique de du Sud comme

zone de Paix internationale.

 

Mais la paix ne se brise pas seulement par l'action armée, comme il est dit dans le préambule de la constitution de l'Unesco : « La guerre naît dans l'esprit des hommes, c'est dans l'esprit des hommes que doivent s'élever les remparts de la paix » et construire dans l'esprit des hommes les valeurs de la paix, c'est respecter l'autre, protéger les droits de l'homme, ne pas exploiter les plus faibles, promouvoir le dialogue et la résolution pacifique des conflits.

 

Mais surtout, comme le font systématiquement les Nations unies avec le soutien permanent du Pérou, il faut détruire les idéologie de haine, le racisme, l'intolérance, la xénophobie, l'antisémitisme. La paix suppose au contraire la conscience d'un destin commun de l’humanité.

 

Agir de façon responsable pour construire cet avenir commun implique de respecter le principe de non intervention et en même temps, d'exercer la solidarité avec les pauvres et les faibles, avec les démunis, avec les vulnérables. Agir avec responsabilité pour construire cet avenir commun suppose de respecter les droits de l'homme et les libertés fondamentales, les droits civiques et politiques, les droits économiques, sociaux et culturels, les droits collectifs des peuples, les droits des populations indigènes. L'État a le devoir de garantir la liberté des individus mais aussi de garantir la satisfaction des droits sociaux essentiels pour la dignité humaine comme le droit de l'homme à l'éducation, le droit de l'homme à la santé, le droit de l'homme au logement, le droit de l'homme à l’eau, le droit de l'homme l'alimentation, le droit de l'homme à un salaire digne. Et grâce à cette Assemblée Générale, le droit de l'homme à un environnement propre, sain et soutenable.

 

La construction de la paix suppose aussi de respecter le mandat de résoudre la situation toujours en suspens des peuples des territoires coloniaux. Le Pérou a lutté pour son indépendance au début du XIXe siècle sur la base du principe de la libre détermination des peuples, c'est pourquoi sa diplomatie depuis 1947 a soutenu et soutient toujours fermement l'accès à l'indépendance et à la libre détermination des territoires et des peuples qui sont sous le mandat des Nations unies pour accéder à leur indépendance.

 

Le Pérou a rétabli les relations diplomatiques avec la république arabe Sahraoui démocratique et soutien fermement son droit à l'autodétermination. Nous apportons notre plus large soutien aux actions que doit réaliser le représentant du secrétariat général pour rétablir de cesser le feu dans le Sahara occidental et apporter une solution négociée et pacifique. Avec la même conviction, le Pérou reconnaît pleinement le droit à la souveraineté de la République Argentine sur les îles Malouines et nous demandons aux parties d'engager des consultations et des négociations pour concrétiser cette objectif impératif.

 

Monsieur le président,

 

La situation économique internationale est devenue critique. Les effets négatifs de la pandémie dans les processus de production et surtout la détérioration du niveau de vie de la majorité pauvre et extrêmement pauvre, les problèmes de régularisation des chaînes de fournitures, l'inflation et la hausse des prix de l'énergie sont en train de provoquer une grave crise mondiale qui produira plus de pauvreté et d’exclusion.

 

Les indicateurs de la croissance mondiale ne sont pas encourageants, au contraire, la croissance mondiale est en baisse. L'Amérique latine souffre des impacts négatifs de l'inflation, de la réduction de la croissance économique et des difficultés à récupérer les niveaux de lutte contre la pauvreté et la pauvreté extrême atteints avant la pandémie. La région présente des taux d'endettement de plus en plus hauts et difficilement soutenables.

 

Pour affronter cette tendance mondiale et régionale qui affecte les possibilités de croissance, au Pérou, nous avons approuvé le « plan de stimulation de la croissance économique : stimulation en Pérou. » Notre objectif est une croissance à 3,3 %. En tout cas, au-dessus de la moyenne prévu pour l'Amérique latine. Nous sommes convaincus que l'objectif central est la généralisation de plus d'emploi de meilleure qualité c'est pourquoi nous en sommes en train de stimuler et d'améliorer les conditions pour l'investissement national et étranger. Dans ce plan. Les micros, petites et moyennes entreprises ont un endroit privilégié. Le Pérou est un pays avec des variables macro-économiques stables et positives, une économie fonctionnelle à l'investissement privé et public au bénéfice des plus nécessiteux.

 

Le secrétaire général Antonio Guterres a envisagé la nécessité d'un nouveau pacte social mondial. Ce nouvel engagement doit nécessairement être lié au respect des objectifs de développement soutenable qui sont aujourd'hui gravement compromis. Nous avons besoin de réaffirmer notre volonté politique pour que la priorité du système de développement des Nations unies soit le respect des objectifs de l'agenda 2030 dans les les zones les plus critique à l’heure actuelle.

 

–Réduire de moitié le nombre de pauvres

–éradiquer la pauvreté extrême

–faire de la fin zéro1 réalité pour apporter la sécurité alimentaire à toutes les familles

–obtenir une couverture sanitaire efficace est universel pour tous

–assurer que tous les enfants finissent une éducation primaire et secondaire gratuite, égalitaire et de qualité

-mettre fin à toutes les formes de discrimination contre les femmes et les filles dans le monde

–obtenir l'accès universel et égalitaire à l'eau potable à un prix accessible à tous

–obtenir progressivement et maintenir la croissance des revenus des 40 % les plus pauvres de la population à un taux supérieur à la moyenne nationale.

 

Le nouveau pacte mondial doit trouver sa force et sa dynamique dans un engagement renouvelée qui concentrent notre volonté politique et les ressources financières dans le respect de ses objectifs de l'agenda 2030. L'agenda 2030 n'est pas seulement un programme pour la paix, la justice et l'égalité au niveau mondial mais une partie essentiel de nos agendas nationaux.

 

Pendant cette année, le changement climatique a provoqué une chaleur extrême et les inondations arrivent à leur pire niveau. Les concentration de gaz à effet de serre continue à augmenter. La Terre Mère attire notre attention pour que nous ne continuions pas à agresser la nature. Je lance un appel en particulier aux nations industrialisées à freiner à nouveau le réchauffement climatique. En tant que chef d'État, nous devons être conscients que pour respecter les engagements de réduction de nouvelles émissions l’effort doit déjà être sept fois plus important pour atteindre l'objectif d'un réchauffement mondial qui ne soit pas supérieur à 1,5°.

 

Les Nations unies ont ratifié leur soutien aux défenseurs de l'environnement, à la protection de leurs droits, de leur vie et à l'accès à l'information environnementale par les citoyens et les peuples indigènes.

 

L'accord d’Escazú que le Pérou a signé reflète la conscience des peuples d'Amérique latine pour appliquer la décision historique de l'Assemblée Générale qui a reconnu les droits environnementaux comme un droit de l’homme. Escazú est un instrument destiné à affirmer notre souveraineté sur les ressources naturelles dans l’Amazonie.

 

Les océans ont également un besoin urgent de pactes pour préserver la vie et les écosystèmes marins, leur biodiversité. Le Pérou soutient les négociations pour un traité qui régule les activités de pêche et élimine la contamination des mers au-delà des 200 miles et réaffirme fermement sa domination maritime jusqu'aux 200 miles comme établi dans sa Constitution.

 

Monsieur le président,

 

L'Amérique latine a une tradition démocratique et en même temps présente des indices de plus importantes inégalités sociales mais les peuples latino-américains continuent à aller, avec la force historique de la justice de leur cause, vers la recherche de sociétés plus juste, plus égalitaires, avec une meilleure cohésion sociale dans lesquelles le bien commun soit la maison de tous sans exclusion.

 

Au Pérou, nous suivons cette voie. La démocratie suppose l'existence de positions politiques opposées. La liberté consiste en cela mais gouverner démocratique exige le respect des institutions et surtout de la volonté du peuple. Les coups d'Etat, quelles que soient leurs modalités ou la puissance de l'Etat qui les encourage,  son illégitimes. Ils portent atteinte à l'expression souveraine de la volonté du peuple.

 

De la même manière que dans les crises extérieures, toute crise de gouvernement ou tout affrontement entre les pouvoirs de l'État doit être résolu par le dialogue et la concertation dans le respect total des résultats électoraux. La Charte Démocratique Inter-américaine qui est un apport du Pérou à la démocratie dans les Amériques l'établit ainsi avec insistance.

 

Dans ce monde dans lequel les tendances aux conflits deviennent plus aiguës comme dans les crises politiques internes, nous avons besoin de quatre piliers pour défendre le gouvernement démocratique : le respect des peuples, la volonté de résoudre les conflits par la voie de la négociation, le respect des droits de l'homme  et les institutions de l'État de droit.

 

Je suis le chef de l'État d'un pays multi-ethnique et pluri-culturel avec plus de t3 000 ans de développement de haute civilisation qui a eu des difficultés à éliminer le racisme et les inégalités sociales. Mon Gouvernement symbolise les revendications, les aspirations et les illusions de ceux qui n'ont rien eu ou très peu à s'intégrer dans la vie nationale en tant qu'acteurs de leur propre destin. L'ordre du jour de l'inclusion sociale au Pérou est celui du nouveau pacte social que les Nations unies souhaitent pour tous les peuples du monde, un ordre du jour qui donne la priorité au principe de ne laisser personne en arrière. Une inclusion qui se matérialise au bénéfice de tous, en particulier des plus pauvres et des plus vulnérables. Un monde pour tous.

 

Merci beaucoup.

 

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar infos

 

Source en espagnol :

https://www.resumenlatinoamericano.org/2022/09/20/peru-discurso-de-pedro-castillo-en-la-77a-asamblea-general-de-la-onu/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2022/09/perou-discours-de-pedro-castillo-a-l-assemblee-generale-des-nations-unies.html