Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Économie: Où en est l'Amérique latine dans la dédollarisation?

9 Mai 2023, 16:26pm

Publié par Bolivar Infos

Ces dernières semaines, la tendance de l'information en matière économique a été dirigée par les multiples tentatives géopolitique visant à la dédollarisation ou à la diversification des finances et de l'économie mondiale car il devient évident qu'une mutation du système financier est en train d'être forgé par de grandes puissances émergentes. dans l'intention de décentraliser le dollar plus que de l'éliminer de la large équation.

 

En Amérique latine, deux événements sont un signe important de cette mutation financière puisqu'il s'agit des pays qui représentent les économies les plus importantes du sud de la région latino-américaine :

 

  1. Le récent accord sur les transactions financières en monnaie nationale entre le Brésil et la Chine.

 

2. Les déclarations du ministre des finances argentin, Sergio, Massa, sur l'accord SWAP entre les banques centrales de Chine et d’Argentine concernant les investissements et les paiements en yuans.

 

Même si ces faits sont la concrétisation d'un important pas financier dans le spectre international, d'autres variables montrent les probabilités réelles d'une concrétisation de   la dédollarisation dans la région dans un délai plus ou moins long.

 

Pour voir à quel point se trouve l'Amérique latine sur la voie de la dédollarisation, on prend en compte trois éléments approximatifs : l'échange commercial dans d'autres monnaies, les réserves monétaires et la plate-forme de change dont le système SWIFT donne actuellement le ton.

 

Mais au-delà désaccord, souscrit au moyen du mécanisme SWAP, la variable des réserves monétaire indique notre comportement.

 

Le Fonds Monétaire International (FMI) a publié en 2022 un rapport intitulé « l'érosion, discrète de la domination du dollar : actif diversifiants et l’aune des monnaies de réserve non traditionnelles » dans lequel il affirme que bien qu'il existe une réduction de la participation du dollar aux réserves des banques centrales depuis l'an 2000, cette monnaie continue à être en tête d’une grande partie du quota des réserves, suivi par l’euro et le yuan–intentionnellement- s’est placé sur la ligne verte des « autres ».

 

Le rapport indique que « cette diminution (du dollar) reflète la diversification active du portefeuille par les administrateurs des réserves de la banque centrale. (…). Le change en dollars s’est fait dans deux directions:1/4 vers le yuan et 3/4 vers les monnaies de pays plus petits. »

 

Au niveau mondial, la participation du dollar en terme de monnaie de réserve pendant les 20 dernières années, a été de plus de 50 %, un chiffre considérable à un moment de changement dans l'hégémonie du dollar.

 

Selon la banque de paiement internationaux (BIS), depuis les années 2001–2017, les réserves internationales par région montrent la distribution des devises ainsi : plus importante participation du dollar en Amérique latine et au Canada (hémisphère occidental pour la BIS), suivis par l'Afrique et le continent asiatique. En revanche, la participation de l'euro est élevée pour les pays d'Europe comme on peut le supposer.

 

D'un point de vue historique, au cours des années 1980 et 1990, les niveaux élevés d'inflation, la dépréciation de la monnaie locale et le financement monétaire chronique par des organismes tels que le FMI, qui ont conduit à des déficits budgétaires libellés en dollars dans la plupart des pays d'Amérique latine, ont fait que le dollar a dominé les différentes questions financières dans la région, faisant de celle-ci l'une des régions les plus dollarisées du monde.

 

Cela se reflétait en 2005: une étude de la Banque Inter-américaine de Développement indiquait qu'en moyenne, sur les marchés émergeants non latino-américains, « la participation des dépôts et des prêts libellés en dollars, était d'environ 22 % et 19 % respectivement. En Amérique latine, les chiffres moyens sont plus proches de 37 % et de 40 %.

 

Ainsi, sur la base des éléments mentionnés précédemment, surtout en ce qui concerne les réserves monétaire dans le monde, le pivot est largement le dollar. De plus, la plateforme d'échange SWIFT n'a jamais été en concurrence avec aucune autre jusqu'à présent, et est un pont essentiel pour pouvoir effectuer des échanges financiers et des paiements.

 

Mais la dynamique des échanges commerciaux, majoritairement dans la logique SWAP, a plus de sens au regard des résultats puisque la Chine est le marché le plus important du monde et que sa capacité de financement est actuellement inégalable, ce qui fait que le yuan s’internationalise peu à peu, année après année.

 

En ce sens, les accords SWAP avec la Chine sont ceux qu’on remarque le plus dans ce circuit concernant l'Amérique latine. Après la crise financière de 2008, des pays comme le Brésil, l'Argentine et le Chili ont signé les premiers accords SWAP avec la Chine, ce qui a donné des résultats significatifs dans les schémas de coopération financière et commerciale. Le renouvellement de ces accords s'est concrétisé en 2013–2014. Cette année, le Brésil et l'Argentine, les renouvellent.

 

Il est trop tôt pour évaluer l'internationalisation du yuan par rapport au dollar, sachant que la Chine ne cherche pas à remplacer la monnaie étasunienne par sa monnaie propre, mais qu'elle veut se constituer un espace dans le portefeuille financier international. C'est ce qu'a révélé Zhou Xiaochuan, quand il était gouverneur de la Banque Populaire de Chine et que, dans un rapport de 2009, il  indiquait que la crise financière montrait le danger qu'il y a à dépendre de la monnaie d'un pays en se référant au dollar pour les paiements internationaux.

 

On peut induire que ces mesures d'échange SWAP, en majorité avec le yuan, sont des manœuvres qui ont pour but d'alléger la sortie de dollars étasuniens.

 

L'Amérique latine pourrait faire des pas de géant en cette matière si elle réussissait à établir une unité de compte régionale qui pourrait permettre de réaliser des paiements entre pays avec des monnaies nationales qui, à long terme, pourraient se transformer en une monnaie commune pour qu’ainsi, la région, puisse se plonger dans la mutation financière qui est en train d'avancer concernant la diversification monétaire mondiale.

 

Si la région n'a pas réussi à s'intégrer durablement sur le plan politique, comme l'a fait l'Afrique avec la toute nouvelle Union africaine, elle n'a pas non plus réussi à définir des voies tangibles dans le domaine commercial, étant donné que l'établissement d'une monnaie commune est loin d'être réalisé, une option qui pourrait brouiller la perspective de l'insertion du réalignement commercial mondial de notre époque, qui a été façonné par les événements géopolitiques actuels.

 

On sait que le processus de dédollarisation est graduel, mais la région doit se placer à la hauteur des défis sans mollesse. C'est le moment, il faut seulement avoir la volonté politique qui donne un sens et une direction à cette initiative.

 

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar infos

 

Source en espagnol :

https://www.resumenlatinoamericano.org/2023/05/08/economia-donde-se-ubica-america-latina-en-el-mapa-de-la-desdolarizacion/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2023/05/economie-ou-en-est-l-amerique-latine-dans-la-dedollarisation.html