Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Venezuela : La réunion des chanceliers de l'OEA n'a pas pu approuver de résolution contre le Venezuela

Publié le par Bolivar Infos

 

Les 2 déclarations qui ont été présentées à la réunion des chanceliers avant la 47° Assemblée Générale de l'Organisation des Etats Américains (OEA), à Cancún, Mexique, sur la situation au Venezuela ont été rejetées par les pays membres au cours d'un long débat. Avant le vote, la chancelière vénézuélienne Delcy Rodríguez a pris la parole pour annoncer que son pays ne reconnaîtra pas les accords étant donné que cette réunion a lieu sans le consentement du Venezuela.

 

Au début de la réunion, son président, l'ambassadeur des Relations Extérieures du Guatemala, Carlos Raúl Morales, a annoncé que les 2 propositions connues jusqu'à présent ont été retirées et qu'on autre projet a été conçu. Ensuite, il a précisé qu'il ne s'agit pas d'un nouveau projet mais du produit de l'assouplissement des positions suite à des consultations non officielles qui ont eu lieu depuis le 31 mai, date d'une première réunion des chanceliers sur le Venezuela qui n'est pas arrivée à un consensus.

 

Cette réunion, qui a aussi été réalisée sans le consentement du Venezuela, a été la raison pour laquelle le Président Nicolás Maduro a annoncé le retrait volontaire du Venezuela de cette organisation, le premier départ dans l'histoire de l'OEA, en protestant parce que la procédure constitue une ingérence dans es affaires intérieures du Venezuela.

 

Delcy Rodríguez quitte la réunion : Nous ne reconnaîtrons pas ses résultats

 

Après Carlos Morales, la ministre des Relations Extérieures du Venezuela, Delcy Rodríguez a pris la parole pour réaffirmer que le Venezuela n'acceptera ni intervention ni tutelle pour que les Vénézuéliens résolvent leurs problèmes et leurs différends. Elle a souligné que l'apport venant de l'étranger doit êtrepétré constructif, doit encourager le dialogue et non lui faire obstacle.

 

« Le 27 avril, le président Maduro a officialisé la dénonciation de la charte de cette organisation. Le Venezuela s'est retiré de l'OEA où nous ne reviendrons pas tant que nous serons une Patrie libre et indépendante, » a-t-elle assuré.

 

Sur les violences qui ont lieu au Venezuela depuis 70 jours, organisées par des dirigeants politiques de l'opposition, la chancelière a indiqué que ceux qui y participent sont aussi victimes de la direction de l'opposition qui refuse la dialogue et les mécanismes démocratiques et électoraux. Elle a réaffirmé que l'Assemblée Nationale Constituante cherche à réconcilier les Vénézuéliens et à surmonter la situation économique que traverse le pays.

 

« Une situation appelée à dépasser le modèle rentiste pétrolier, une constituante pour résoudre nos problèmes. Nous n'avons besoin d'aucune sorte d'intervention ni de tutelle pour résoudre nos problèmes, » a-t-elle assuré.

 

A la fin de son intervention, la diplomate et ceux qui l'accompagnaient ont quitté la réunion.

 

Ils ont immédiatement donné une conférence de presse avec le diplomate Samuel Moncada et le vice-ministre vénézuélien pour la Communication Internationale, William Castillo. Là, elle a assuré que son pays ne reconnaîtra pas les résultats de cette réunion de Consultation des Ministres des Relations Extérieures de l'OEA. « De l'OEA, nous n'avons besoin de rien et nous ne reconnaîtrons rien. »

 

« Nous ne reconnaissons pas cette réunion. C'est la position officielle du Venezuela. Chaque minute qui passe depuis le 27 avril confirme souveraine du chef de l'Etat de retirer le Venezuela de tous les chemins tortueux et frauduleux de l'OEA qui violent les institutions. »

 

Elle a souligné que son pays se concentrera sur la CELAC en tant qu'organisme important dans la région, avançant que certains pays réfléchissent aussi à quitter l'OEA.

 

« Je veux dire que nous savons que d'autres pays commencent à envisager leur départ en raison des déviations profondes que cette organisation continue de montrer… (l'OEA) est très peu utile pour en ce qui concerne les aspects constructifs des pays, en ce qui concerne les peuples eux-mêmes, » a-t-elle ajouté.

 

Propositions de résolution

 

Les 2 propositions de résolution :

 

D'un côté, une proposition d'ingérence introduite par le Pérou et dirigée par les Etats-Unis, le Mexique, le Panama, l'Argentine et le Canada entre autres pays. Cette proposition demandait au président Maduro, « l'arrêt de l'Assemblée Constituante », la libération des soi-disant « prisonniers politiques », un calendrier électoral avec des observateurs internationaux, la suspension des « procès civils dans des tribunaux militaires », un nouveau processus de dialogue entre le Gouvernement et l'opposition et « l'arrêt immédiat des violences » provenant « des 2 secteurs. » elle exhortait aussi le Gouvernement vénézuélien à « rechercher une assistance humanitaire internationale » et à créer « un groupe de soutien » pour fournir cette aide avec les organismes spécialisés. Elle appelait à « encourager la bonne mise en place des engagements des parties. »

 

D'autre part, les 14 pays de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) ont présenté un projet beaucoup plus respectueux de la souveraineté du Venezuela qui ne comprenait pas la plupart des exigences du texte du groupe du Pérou et du Mexique mais qui signalait que la résolution de la crise était une affaire intérieure.

 

Les 2 écrits étaient d'accord pour demander l'arrêt de la violence des 2 parties, un nouveau processus de dialogue, la création d'un groupe qui l'accompagne et pour demander au Venezuela de reconsidérer sa décision de quitter l'OEA.

 

Les représentants de la Bolivie, du Nicaragua et du Salvador sont intervenus pour manifester leur soutien au Venezuela. Les pays membres de l'OEA ont demandé une pause pour pouvoir étudier la possibilité de soutenir un nouveau texte consensuel ou de soumettre au vote le document du CARICOM.

 

Après la pause, le débat a continué. Le projet de déclaration d'ingérence a obtenu 20 voix (en-dessous des 23 voix nécessaires), 5 contre et 8 abstentions. La proposition présentée par les 14 pays du CARICOM a obtenu 14 voix contre, 8 pour et 11 abstentions.

 

Après le résultat du vote, Delcy Rodríguez a indiqué que la diplomatie de l'Alliance Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique-Traité de Commerce des Peuples (ALBA-TCP) et al diplomatie bolivarienne de paix ont triomphé malgré les pressions des Etats-Unis pour obtenir une résolution qui permette une intervention au Venezuela.

 

« Nous le redisons aux Etats-Unis : ils ne pourront rien contre la dignité du peuple du Venezuela, ils ne pourront rien contre l'héritage historique de nos libérateurs, contre l'héritage du Commandant Hugo Chávez et contre le président Nicolás Maduro, » a-t-elle assuré.

 

La chancelière a souligné que « le Venezuela continuera à chaque instant, grâce à sa diplomatie bolivarienne de paix, à défendre les principes essentiels que doivent respecter les Etats dans les relations internationales. »

 

« Nous avons fini une nouvelle journée, une bataille de plus, ça a été un honneur de servir la Patrie aujourd'hui, » a affirmé Rodríguez.

 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

Source en espagnol :

http://albaciudad.org/2017/06/delcy-rodriguez-cancun-oea-videos/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/06/venezuela-la-reunion-des-chanceliers-de-l-oea-n-a-pas-pu-approuver-de-resolution-contre-le-venezuela.html